Accueillir un futur chien-guide d’aveugles dans sa famille pendant 15 mois : tout ce qu’il faut savoir !

Aujourd’hui on se retrouve pour un article qui me tient particulièrement à coeur puisque j’avais envie de partager avec vous quelque chose que je vis et découvre depuis plus d’un an. En effet les parents à mon chéri ont décidé d’accueillir un chien, afin de l’éduquer pendant 15 mois pour qu’il devienne un futur chien guide d’aveugle.

Ils ont accueilli Cadix en novembre 2016 alors qu’il n’était âgé que de 9 semaines. Il était touuut petit et si mignon ! 😀 Nous l’avons tous vu grandir et devenir un grand et magnifique labrador, et on s’est un peu attaché à lui malgré tout, même si on savait qu’ils allaient devoir le rendre vers février/mars 2018 pour que la Fondation puisse vraiment le préparer en détails pour accompagner un aveugle.

Il y a certaines questions qu’on se pose quand on voit ce genre de situations ! Je me suis dite que ça pourrait aussi vous intéresser, alors je leur ai posé une dizaine de questions pour compléter mon récit. Si vous avez des questions, n’hésitez pas à les poser en commentaire, on vous répondra très volontiers !

Présentation

Jérôme et Francine avaient 56 et 61 ans quand ils ont décidé d’adopter un futur chien guide d’aveugles. Ils s’étaient rendus au comptoir de Beaulieu à Lausanne et ils ont découvert le stand de la Fondation. C’est en écoutant les explications qu’ils donnaient à une autre famille, que ça les a encore plus intéressés, surtout à Francine. En effet elle aime beaucoup se balader, mais elle en avait marre d’être seule. Accueillir un chien à la maison ça lui aurait permis d’être accompagnée et ça pouvait aussi être une expérience utile et sur le court terme !

Ils n’ont pas sauté le pas tout de suite et ils ont pris le temps de réfléchir, puis ont contacté la Fondation. À ce moment-là, Jérôme travaillait à plein temps et Francine était femme au foyer, c’était donc elle qui avait plus de temps pour s’occuper du chien et c’est surtout elle qui suivait les cours (à Lucens) pour mieux s’occuper de lui.

Suite à une après-midi à la Fondation pour découvrir la portée des chiots qui venait de naître et avoir plus d’informations au sujet de l’accueil, une responsable de la Fondation s’est rendue à leur domicile. Francine et Jérome ont pu répondre à un formulaire pour choisir s’ils voulaient un mâle ou une femelle (ou si ça leur était égal) et s’ils avaient des préférences sur la couleur etc., ensuite la Fondation leur a attribué Cadix, un labrador mâle de 9 semaines.

Les débuts

Après avoir participé à deux réunions à la Fondation et suivi un « cours » sur ce que la Fondation attendait de la famille de parrainage au niveau de l’éducation, ils ont reçu un appel téléphonique qui leur informait qu’ils pouvaient venir chercher le chien. Jérome et Francine sont donc retournés à la maison avec un chiot, une couverture, une laisse, une chabraque, deux jouets et de la nourriture pour chien, le tout offert par la Fondation. Une nouvelle vie commençait ! C’était la première fois qu’ils accueillaient un chien à la maison, et ce n’était vraiment pas évident au début !

Ils avaient dû enlever tous les tapis et mettre un parc à bébé (fortement conseillé) autour de son « posto » (sa place) pour sécuriser le chien. Le plus difficile lors des premiers mois c’était l’apprentissage de la propreté, car il fallait le sortir toutes les 2-3 heures, également la nuit. C’était vraiment dur la nuit, affirme Francine. Sinon le plus facile c’est que Cadix était adorable, adorait les câlins et s’endormait très vite !

(un des exercices à faire, durant les journées de cours)

Les difficultés

Ce qui est important de savoir par rapport à d’autres chiens, c’est que les labradors adorent l’eau, mais il ne faut pas favoriser ce genre de choses en allant systématiquement dans des endroits où il y a de l’eau (rivières, lacs, etc.), parce que par la suite ce sera une personne aveugle qui aura le chien, donc il faut qu’il prenne des bonnes habitudes, car les yeux du chien seront les yeux de la personne mal-voyante !

Puis lorsqu’il faut le féliciter, c’est juste avec les mots, jamais avec de la nourriture. D’ailleurs ils n’ont pas le droit aux « grignotages » ni de manger autre chose que ses repas fixes. Et ils n’ont également pas le droit de monter sur le lit ou le canapé et au début il est important de montrer « qui est le chef de meute », surtout si le chien est un mâle, car il essaiera sûrement de vous dominer et de tout choisir.

Par rapport à d’autres chiens « normaux », lorsque un futur chien guide d’aveugles est en laisse, il ne doit pas avoir de contact avec d’autres chiens ; s’il est détaché il n’y a pas de soucis par contre. C’est le seul inconvénient selon Francine et Jérome, car les gens ont beaucoup de peine à le comprendre.

D’ailleurs le plus difficile dans l’accueil d’un futur chien guide d’aveugles, c’est le comportement des gens. En effet quand il porte la chabraque, cela veut dire qu’il est en formation et qu’il est censé ignorer les gens et les chiens, ce qui n’est pas facile. Et systématiquement certains passants vont le siffler ou attirer son attention. Pour Francine c’est un surplus de travail de devoir reprendre le chien et de pouvoir continuer sa route.

Et lorsqu’elle prend le métro ou va dans les magasins d’alimentation avec le chien, ce n’est vraiment pas évident. Les gens lui passent devant ou elle est souvent bloquée par la foule, puis dans les magasins elle a été reprise plusieurs fois par les vendeurs, qui lui disaient qu’elle n’avait pas le droit d’entrer dans le magasin avec le chien. Et c’était difficile pour elle de toujours expliquer que oui, il a le droit puisque c’est un futur chien guide pour aveugles.

Leurs conseils

Être très disponibles c’est l’essentiel selon Jérôme et Francine. Puis aussi bien s’imaginer que les nuits seront courtes les premiers mois, et que c’est un nouveau membre de la famille qui vous accompagnera tout le temps et partout, et qu’il faudra prévoir des aménagements.

En conclusion

Francine et Jérôme concluent en disant que c’est une satisfaction énorme, une aventure merveilleuse d’avoir accueilli Cadix, d’ailleurs beaucoup de gens (même des inconnus) les remercient pour ce qu’ils ont fait. Oui, ils savaient dès le départ qu’ils allaient devoir rendre Cadix à la Fondation pour qu’il puisse continuer à être formé, « biensûr que ça va être dur », mais ça ira, affirme le couple. « Je suis très fière de nous trois ! » conclut Francine, avec le sourire 🙂

MISE À JOUR, JUILLET 2018 : Cadix a été rendu à la Fondation, comme prévu. Cependant, quelques jours après la Fondation a recontacté le couple, en les informant qu’ils ne peuvent accepter Cadix. En effet ce jeune chien a peur des bruits soudains et de l’orage. Il n’est donc pas apte à poursuivre sa formation. La Fondation leur a demandé s’ils souhaiteraient reprendre Cadix, et après quelques jours de réflexion, Jérôme et Francine ont accepté la proposition : Cadix est un chien incroyable, très gentil et obéissant. Ils ne pouvaient pas laisser passer cette opportunité, surtout qu’ils s’étaient déjà beaucoup attachés à ce beau labrador. Surtout Jérôme 😉 Tout est bien qui finit bien ! 🙂

D’autres familles d’accueil avec leur chien, tous en train d’apprendre à ignorer le cycliste.


Liens utiles :

Et vous, connaissez-vous des personnes qui accueillent un futur chien-guide d’aveugles ? Qu’en pensez-vous de ce genre d’expériences ?

Si vous avez apprécié cet article, mais que vous n'avez pas le temps de commenter, n'hésitez pas à cliquer sur le petit coeur, cela me fera plaisir ! 🙂

Myrtilla
  • |
  • 41 commentaires
  • |

41 réponses à “Accueillir un futur chien-guide d’aveugles dans sa famille pendant 15 mois : tout ce qu’il faut savoir !

  1. Waouh qu’elle belle expérience. Justement je me demandais comment ils étaient formés. Tu as répondu a toutes mes questions. Effectivement il faut être très disponible et ça demande d’être très impliqués.
    J’imagine aussi a quel point ça doit être difficile passés les 15 mois…
    Bisous

    1. Oui c’est vraiment une belle aventure 🙂 Effectivement ça va être difficile (ils vont le rendre vers mars/avril), mais je pense qu’ils ont le temps de se préparer psychologiquement d’ici là, même s’ils le savent dès le début 🙂
      Bisous !

  2. Quelle expérience incroyable – je n’ai pas de chien et n’imaginais pas tous ces détails de la formation d’un futur chien-guide d’aveugle; c’est vraiment un engagement permanent pour assurer qu’il saura mettre son futur maître en sécurité.

    Tes beaux-parents auront-ils l’occasion de le revoir quand il aura trouvé son, ou sa futur(e) maître(sse) ?

  3. Hello Myrtilla,
    C’est une super initiative de la part de tes beaux-parents. Je n’avais aucune idée que les chiens étaient en famille d’accueil ! Je pensais qu’ils étaient formés de A à Z par les fondations dédiées. Ce doit être beaucoup de travail, également pour le chien ! Sais-tu jusqu’à quel âge ils peuvent « exercer » ?
    Bise,
    Claire

    1. Coucou Claire ! Figures-toi que moi aussi je l’ignorais !
      Alors pour répondre à ta question je suis allée me renseigner sur leur site : http://www.chienguide.ch/ChienGuide/index.php?subMenu=39 et en fait ils arrêteront d’exercer après environ 8 ans de travail 🙂 à ce moment-là un membre de la famille de la personne mal-voyante pourra même adopter le chien afin qu’il garde un contact avec son maître 🙂 (si possible)
      Voilà 🙂 Bisous !

  4. C’est vraiment beau ce que tes beaux parents ont faits. J’ai déjà vu des reportages à la télé sur des familles qui accueillaient des futurs chiens d’aveugles ou d’handicapés et c’est vrai que ça demande beaucoup d’investissement et d’implication. Ca doit aussi être compliqué de savoir que le chien ne restera pas mais en même temps, ça doit être tellement gratifiant de savoir que ce chien aidera plus tard quelqu’un qui en a besoin <3

  5. Hello ! Ton article est super ! C’est sympa d’avoir ce point de vue, même si je connais déjà pas mal le système. Depuis 5 ans, mon papa qui est malvoyant, peut se promener en tranquillité avec Emir, son berger australien. Ça lui apporte vraiment beaucoup (et à nous aussi, tellement il est mignon), et le travail des familles d’accueil est tellement important.
    Je confirme que c’est tellement ennuyant quand les gens dérangent le chiens alors qu’il est « au travail », et ils ont du mal à comprendre même quand on leur explique ! (enfin, surtout les adultes)

    1. Coucou Solène, merci beaucoup !
      Ah je savais pas qu’il y avait d’autres races de chien qui pouvaient aider les malvoyants !
      Oui c’est fou ce que les gens peuvent être dérangeants et avoir de la peine à comprendre… c’est pas si difficile pourtant ! 🙁

  6. Coucou 🙂
    Je trouve ton article extrêmement intéressant et surtout il m’apprend l’existence de cette pratique d’apprentissage via une famille d’accueil. Cela doit être une expérience très enrichissante et gratifiante au final, malgré les difficultés et le travail que cela demande.

    1. Hello ! Merci beaucoup, je suis contente qu’il t’ait appris quelque chose ! J’ai aussi beaucoup appris grâce à eux 🙂 Et comme tu dis ça doit être vraiment gratifiant 😀

  7. Mais quelle belle expérience ! C’est simplement merveilleux … Une générosité sans limite tes beaux parents !

    Je t’avoue que c’est un peu égoïste, mais j’ai mon Moka depuis un an et ça me briserait le cœur de devoir le laisser. C’esr fou comme on peut s’attacher à ces bêtes la. Ils nous apportent tellement que j’imagine à quel point la séparation peut être dur !

    1. Oui ils ont eu une super idée, c’est très gratifiant 🙂
      Après tu vois, pour eux c’est différent, car ils savaient dès le départ qu’ils allaient devoir le rendre pour la bonne cause 🙂 Mais c’est sûr que ça va être difficile les premiers temps !

  8. Excellent article et superbe expérience bravo à toi et tes beaux-parents pour leur générosité. Les animaux sont les meilleurs amis des humains nous l’oublions souvent…..
    Je ne savait pas que ça se passait comme cela pour un chien guide d’aveugle, j’ignorais qu’il allait dans une autre famille avant mais si ça fonctionne ainsi c’est très bien. Je pense que ça doit être dur de laisser partir le chien après tout ces mois passés auprès de tes beaux parents.
    Encore bravo à tes beaux parents pour leur générosité et superbe article merci à toi.
    Bonne journée
    Estelle

    1. Merci Estelle ! 🙂
      Oui ça ne doit pas être évident en effet. En tous cas Cadix sera bien pris en charge par la fondation puis par d’autres personnes dans le besoin 🙂
      Bonne journée à toi aussi !

  9. Je trouve ça vraiment bien de leur part ! Ça n’a pas du être facile tout les jours mais ça a du être une expérience très enrichissante pour eux. Le plus difficile doit sûrement être de ne pas trop s’attacher en sachant que ce n’est pas notre chien. Bravo à eux pour leur générosité et merci à toi pour cet article, je ne savais pas que ça pouvait se passer comme ça pour les chiens d’aveugle dans leur jeunesse ! Bisous

    1. Effectivement il y a des jours où ce n’était pas facile, nous disaient-ils 🙂
      Je ne le savais pas non plus avant qu’ils accueillent Cadix chez eux, et du coup je me suis dite que ça pourrait être utile et intéressant d’en faire un article 🙂
      bisous !

  10. Coucou,
    C’est un super récit 🙂
    Une amie a un chien issu de ce type d’association (elle n’est pas mal-voyante mais a la sclérose en plaques) et cela nous a déjà donné envie de s’occuper d’un bébé-chien. Tu l’as très bien décrit, tout n’est pas rose et la séparation doit être triste…
    Bisous
    Virginie

    1. Coucou Virginie, merci beaucoup 🙂
      Ah d’accord, je ne savais pas que ce genre de chiens pouvait lui être utile, mais tant mieux 🙂
      Oui c’est pas facile, mais ils disent que ça ira 🙂
      Bisous !

  11. Une très belle aventure, qui semble tellement enrichissante et dure. Cela doit vraiment être dure, d’être aussi « éloigné » d’un chien qu’on voit grandir, puis de le voir aller chez un autre. Mais c’est pour une cause tellement belle.

    ♥♥

    1. Oui je pense qu’accueillir un futur chien guide d’aveugles doit être une aventure enrichissante comme tu dis, et aussi difficile lors de la séparation. Mais ça fait partie du « jeu », ils le savent dès le début que ça ne va pas être évident 🙁 Mais effectivement c’est pour une bonne cause 🙂

  12. Hello ma belle !
    Super ton article, très enrichissant ! Comme ce doit être difficile au quotidien de ne pas se faire arrêter par les gens effectivement. Il faut dire qu’avoir un chien ça favorise quand même vachement les interactions sociales dans le milieu extérieur…
    Des bisous !

    1. Coucou Aurore ! Merci beaucoup 🙂
      Oui c’est sûr, mais l’idéal serait vraiment de demander au propriétaire avant d’interagir avec lui, surtout s’il porte la chabraque. Chose que les gens ne font pas systématiquement… 🙂
      Bisous !

  13. J’imagine que je devrais dire c’est magnifique mais pour ma part, je n’arrive pas à avoir cette vision: un chien s’attache à celui qui s’occupe de lui comme un maître, un chien possède des qualités cognitives aussi élevées qu’un humain. bien plus même( je doute de plus en plus de l’humain) et au final l’abandonner c’est pour lui un traumatisme évident… je parle d’abandon car on peut utiliser d’autre mot, moins dur, mais moins réel, la vérité est ainsi, cet ami à 4 pattes le vivra ainsi et aura durant sa vie entière le questionnement _Qu’ai je fais pour qu’il me rejette alors qu’ensemble nous étions si heureux…?
    On a appris énormément sur les sentiments des animaux, et on peut communiquer avec eux, il suffit pour cela de s’intéresser à la littérature sur le sujet ( fabienne Maillefer entre autre)
    c’est juste un point de vue, je respecte celui des autres, mais dans cette situation, une seule chose devrait primer: le bonheur du chien…! Cadix avait tout pour être heureux chez vos beaux–parents, et d’un jour à l’autre tout s’écroule

    1. Coucou Chantal ! Je comprends ton point de vue, mais franchement je ne pense pas qu’on puisse qualifier un abandon, celui de Cadix. En effet chaque mois il voit les gens de la Fondation, ainsi que ses frères et soeurs. Lorsqu’il retourne à la Fondation, il les revoit sur un plus long terme et est formé parmi eux pour devenir futur chien guide d’aveugles. Tu peux sans autres te rendre à la Fondation pour te rendre compte que les chiens ne sont pas malheureux, bien au contraire, ils sont heureux de pouvoir se rendre utiles et d’être à nouveau parmi sa fratrie et les autres gens de la Fondation 🙂
      Plus tard il rencontrera une personne mal-voyante et dans le besoin et il sera tout aussi heureux avec elle 🙂

  14. Hello 🙂

    Je ne savais pas que cela se passait de la sorte pour éduquer les chiens d’aveugle ! Je trouve ça super de la part des personnes qui acceptent de faire cela.
    Je leur tire mon chapeau également parce que je serais incapable de m’en séparer après 🙁
    Article très intéressant 😉

    Bonne journée, et à bientôt !
    Bises

    1. Coucou Julie ! Oui c’est vraiment un beau geste de leur part 🙂
      Oui ça doit être dur effectivement, mais je pense qu’en étant préparé dès le début ça doit être plus facile 🙂 bonne soirée à toi, bisous !

  15. J’ai lu ton article à sa sortie et j’ai adoré, ça change et ça m’a appris des choses. Bravo à tes beaux parents. Perso ce qui me ferait peur c’est de trop m’attacher au chien avant qu’il ne reparte 🙁

    1. Merci beaucoup Claire, ça me fait plaisir et je suis contente de t’avoir appris quelque chose 🙂
      Oui c’est clair que c’est difficile de ne pas s’attacher, mais j’imagine qu’ils se disent que c’est pour la bonne cause aussi, ça permet peut-être de prendre plus de distance lors de la séparation 🙂

  16. Pas simple comme travail. Cela demande vraiment beaucoup de temps et d’implication. Mais la cause est belle !

    Un article que j’ai trouvé très intéressant moi qui ai toujours eu des chiens je trouve qu’il faut vraiment être très courageux pour dresser un chien-guide.

    Bises

    Amélie @witchimimi

  17. Bonjour
    Merci et bravo pour votre témoignage sur l’éducation d’un futur chien guide d’aveugle. J’ai retrouvé au travers de votre écrit tous les sentiments les difficultés mais aussi les joies que nous avons eu avec mon épouse à éduquer 8 chiens guides d’aveugles entre 2007 et 2017. Si je sais que tous les chiens ne sont pas aptes à devenir des chiens guides j’ai tendance à penser que tout le monde ne peux pas devenir famille d’accueil. Il faut disposer de temps et de volonté avec l’envie de bien faire. Des moments difficiles avec la séparation, des réformes car tous ne deviennent pas chiens guides, et puis, plus tard avec l’âge leur grand départ définitif. Trois d’entre eux nous ont quittés en fin 2017.
    Rassurer, vous les bons moments sont si nombreux et variés qu’il ne faut retenir que ceux là.
    Avec leur maître déficient visuel, la complicité c’est 24 heures sur 24 et un chien n’en demande pas plus. Tous les chiens de compagnie n’ont pas cette chance.
    Une précision, j’habite en France mais j’imagine que le principe d’éducation est le même qu’en Suisse.
    L’âge avançant, nous avons dû arrêter cette activité à grand regret mais j’encourage les bonnes volontés à se lancer dans l’aventure, c’est magnifique !
    Christian

    1. Bonjour Christian ! Merci pour votre commentaire ! 🙂 Et bravo à vous aussi pour votre parcours courageux ! Personnellement je préfère avoir un chat plutôt qu’un chien pour l’instant, mais je trouve admirables les personnes qui ont la motivation et le courage d’accueillir des futurs chiens guides chez soi et j’espère que cet article aidera plus d’une personne à se lancer dans cette belle aventure !

  18. bonjour,
    Je suis partagée sur ce sujet.
    Une de mes voisines fait la même chose avec des labradors qui seront confiés plus tard à des personnes handicapées moteur, j’ai connu plusieurs de leurs chiots au fil des années et quelquefois ils me font un peu « mal au coeur » car ils n’ont pas une vie très amusante je trouve.
    Je sais bien que c’est pour la bonne cause mais je ne peux m’empêcher de penser que l’apprentissage n’est vraiment pas marrant.
    Déjà (je parle de ceux que je connais) ils n’ont droit de manger qu’une sorte de croquettes qui leur sont fournies et d’après ce que m’a dit cette voisine c’est une nourriture pas terrible. Pas droit aux restants de table, morceaux de fromage même si elle le fait quand même.
    Ensuite chaque jour c’est fais-ci, fais-ça, non, dressage quoi. Bon ils se baladent aussi en liberté dans la nature mais pas comme les autres.
    Et surtout ce qui me dérange c’est que pour les habituer à être à l’aise partout les familles doivent échanger les chiens assez souvent ce qui fait qu’ils n’ont pas de point de repère fixe, et c’est dur pour un chien.
    Les toutous sont très attachés à leur famille et il faut rompre cet attachement pour aller faire encore des apprentissages dans un autre lieu et ensuite seulement rejoindre son maître définitif.
    Je suis partagée car je me doute bien que l’aide fournie par le chien est énorme pour la personne qui se le verra attribué mais d’un autre côté ce n’est pas une vie de chien.
    La question que je me pose est : pourquoi est-ce que le chiot n’est pas attribué directement à la personne qui va le garder toute sa vie? en général cette personne ne vit pas seule et l’éducation pourrait se faire au sein de la même famille au lieu de « trimbaler » le chien.
    Je ne doute pas de la motivation et de l’extrême générosité des gens qui accueillent les chiots, je me demande juste s’il n’y a pas moyen d’envisager moins de contraintes et de changements pour l’animal.
    J’adore les chiens, j’en ai et en ai toujours eu.

  19. Bonjour Margot
    Vous avez bien raison de poser les questions qui vous dérangent un peu. Si je peux vous donner quelles indications j’en serais heureux.
    Lorsqu’un déficient visuel s’installe dans un restaurant avec son chien-guide, les clients ne sont pas tous ravis de supporter la présence d’un chien à table. Alors, si le chien sait se tenir parfaitement, sans baver, sans se secouer, sans aboyer, et s’il passe inaperçu sous la table pendant le repas le déficient visuel sera plus facilement accepté et peut être même félicité pour la bonne éducation de son chien. Notez que tous les chiens devraient recevoir cette éducation s’ils sortent en public. En habituant pas un chien à la nourriture humaine, on ne le tente pas a aller voir la côtelette du voisin de table !!!
    Un chien-guide n’est pas un chien ordinaire c’est un champion et le prix de sa formation est important. Sa santé est primordiale et retient toute l’attention de son maître. Bien sûr il mange des croquettes mais de très bonne qualité. Imaginez un chien-guide malade, en carence de nutriments, mal dans sa peau pensez vous qu’il va guider longtemps ? et dans de bonnes conditions de sécurité pour son maître ?
    Vous parlez de dressage, je préfère employer le mot éducation. Toute l’éducation du chiot se fait en mode jeu c’est le meilleur moyen d’apprendre, le chien aime cela, il en a besoin. Pour les sorties les contacts avec les autres chiens sont indispensables pour son équilibre, On réalise juste un équilibre entre la sortie éducative et la sortie détente.
    Vous posez la question importante de l’attachement du chien à son maître. A chaque fois que je me suis séparé d’un de mes chiens, c’est moi qui ai pleuré ! Le labrador, c’est aussi une de ses qualités change de maître en quelques heures je ne dirai pas la même chose des chiens de bergers.
    La formation d’un chien-guide dure 2 ans. La première année la famille d’accueil en fait un bon chien de compagnie sous le contrôle d’un éducateur canin professionnel diplômé. Le chien est habitué à aller partout et doit être à l’aise en toute circonstance. Il acquiert les notions de propreté, les ordres de bases, et les bonnes règles de vie en société. A l’âge d’un an, l’éducateur canin va lui apprendre tout ce qui concerne le guidage d’un non voyant. Présenter les passages piétons, éviter tous les obstacles poubelles, voitures mal garées, arbres, lampadaires, et tout ce que l’on peut rencontrer sur un trottoir tout ceci en parfaite sécurité. Il apprendra aussi à retrouver les lieux ou des objets, par exemple des portes de magasins, des portes d’ascenseurs et leurs boutons d’appel, des comptoirs de magasins, la porte du bus qui vient de s’arrêter, et même un place assise dans celui ci. Pour le chien c’est un jeu de trouver tout cela pour son maître.
    Pendant ses deux ans d’apprentissage, deux chiens sur trois sont réorientés et ne finissent pas leurs formations. Seuls les meilleurs sont retenus, je vous l’ai dis, c’est des champions. Quand le chien est prêt, on lui trouve alors un maître ou un maîtresse qui lui corresponde (taille, tempérament, et plein d’autres critères un peu comme une agence matrimoniale. Le chien est confié gratuitement et pas donné à son maître. Pendant toute sa vie, il appartient à l’association des chiens-guides et des contrôles sont réalisés par les éducateurs de l’association ainsi que d’éventuelles formations du chien ou du maître. Sachant cela, vous comprendrez bien que l’on ne peut pas attribuer un chien à la personne qui l’aura dès le début et pour la vie.
    Personnellement, j’ai gardé tous mes chiens de 2 mois à 12 mois sans changement.
    En ce qui concerne votre voisine qui prend des aises avec les recommandations des éducateurs qui la suivent, elle ne rend pas service au chien qu’elle éduque, ni à la personne qui aura le chien plus tard. Dans notre association on lui retirerai le chien immédiatement.
    Je suis bien content que vous aimez les chiens, moi aussi. Il y a quelques jours, on m’a posé deux questions qui m’ont beaucoup dérangé
    1) Comment fait on pour couper les griffes d’un Labrador ?
    2) Pourquoi mon Labrador mange le plâtre au mur ?
    Ma réponse 1) sortez le deux fois deux heures par jours et ses griffes s’useront normalement.
    Ma réponse 2) pendant combien de temps est’ il seul par jour ? Toute la journée, je travaille moi ! alors ne prenez pas de chien
    Tous les chiens n’ont pas la chance de passer la journée avec leur maître les chiens-guides si et ça change tout !
    Prenez bien soin de vos chiens et comme dit la PUB, « ils le valent bien. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.