Mon premier semi-marathon !! (préparation, compte-rendu… je vous dis tout !)

img_20161030_182044-2

Bonsoir ! J’avais très envie de vous faire un petit retour sur mon premier semi-marathon et aussi comment je l’ai préparé, car je me suis dite que ça pourrait sûrement intéresser certaines (ou certains !) d’entre vous 🙂

Mais avant tout je tiens à remercier toutes les personnes qui m’ont encouragée durant ces derniers mois, que ce soit durant mes entraînements mensuels ou pour le semi-marathon. C’est à chaque fois très motivant, j’ai pensé à vous durant ma course, pour continuer à me motiver !! 🙂 Encore merci ♥ 🙂

Donc…. j’ai commencé la course à pieds il n’y a même pas deux ans, et je trouve que c’est intéressant de vous raconter un peu comment ça s’est passé pour moi ! 🙂

La course à pieds et moi

Mai 2015 je commençais la course à pieds. Au début, j’ai fait comme tout le monde (ou presque), par petites distances. J’avais beaucoup de peine, j’étais rapidement essoufflée et pas très motivée. J’avais déjà fait du sport plus jeune, mais rien de bien fatiguant (judo, natation, gymnastique, fitness…). Mais j’ai tout arrêté il y a 4 ans il me semble. J’avais pris un peu de poids et j’avais envie de reprendre ma vie en main !

Mes collègues de mon travail précédent faisaient beaucoup de course à pieds dès le matin, ce sont elles qui m’ont motivées à commencer, moi aussi !

D’abord 15-20 minutes plusieurs fois, puis 30 minutes. Après quelques mois j’atteignais les 40 minutes, puis 50 minutes. 5 mois après, en octobre 2015, j’arrivais à courir pour la première fois, 10km. D’où ma décision de participer à ma première course officielle, où j’ai couru 10km. C’était pour moi un exploit incroyable ! Moi, qui détestais courir il y a 3 ans, je venais de courir 10km !

Depuis avec le froid qui s’installait, j’ai un peu tout arrêté, pour tout reprendre en mars 2016, où je me suis entraînée pour participer à une deuxième course officielle où je courais 10km. Mais c’étaient des petites sorties à chaque fois, entre 4km et 8km, et même pas chaque semaine. Je suis pas très régulière, vous l’aurez remarqué 😛

Puis c’est vrai que j’ai pas mal couru depuis, l’été je me levais plus tôt pour profiter de la fraîcheur du matin et de la beauté du lever de soleil pour aller courir, ce qui fait que de mars à août, j’ai couru… 265km ! (pour vous dire, 265km en 6 mois ça correspond à une moyenne de 44km par mois, ou 11km par semaine. Là juste en octobre j’ai couru 111km !)

Disons que mes distances habituelles étaient de 7km. Parfois 5km, parfois 10km. Je ne courais pas forcément 3 fois par semaine et toutes les semaines, c’était un peu par envie. Et ayant couru plusieurs fois assez facilement 10km de distance, je me suis dite « et pourquoi pas tenter un semi-marathon ? ».

Oui un semi… je sais que 21km c’est plus du double des 10km habituels que je faisais, mais bon, pourquoi pas après tout ? J’ai pas mal hésité, mais finalement le 17 septembre, je me suis inscrite. Le semi-marathon avait lieu le 30 octobre, donc 6 semaines plus tard. 6 semaines pour me préparer physiquement et psychologiquement à cette épreuve !

Mes appréhensions

  • Cloques et bulles de sang aux pieds
  • Points de côté
  • Jambes lourdes
  • Douleurs aux chevilles, mollets et genoux
  • Monotonie du parcours

En effet le parcours du semi-marathon était tout droit, il y avait parfois quelques petites montées, mais rien de bien méchant. Et j’avais peur que je me lasse rapidement ! Et concernant les jambes lourdes, ça m’arrive à chaque entraînement, et ça peut être très pénible si ça dure longtemps !

Mes entraînements

Au niveau des entraînements, en sachant que ma plus longue distance parcourue avant ma décision de m’inscrire au semi, était de 10km, j’ai décidé de ne pas trop forcer la chose, et surtout je ne voulais pas atteindre les 21km durant les entraînements, mais le jour de la course.

Et j’ai également commencé à faire des fractionnés ! Je m’y connais pas beaucoup, mais en gros c’est de faire un sprint durant 30 secondes, et marcher 30 secondes pour récupérer. Re-courir 30 secondes en sprint, re-marcher 30 secondes. Et ainsi de suite durant 10 minutes. C’est en tous cas comme ça que je faisais (bon après ça m’arrivait de marcher une minute si c’était trop difficile de repartir, chose qui m’est arrivée souvent ^^). Les fractionnés aident pour avoir plus d’endurance et c’est bon pour s’améliorer en vitesse aussi, si fait régulièrement.

Entraînements réalisés :

  • 11 septembre : 10km
  • 18 septembre : 12km
  • 23 septembre : 6.47km
  • 27 septembre : fractionnés
  • 30 septembre : 6km + fractionnés
  • 2 octobre : 14km
  • 8 octobre : 9.73km
  • 13 octobre : 8km
  • 16 octobre : 5.4km

Jusque là, rien de bien compliqué. J’avais décidé d’augmenter mes distances au fur et à mesure, et essayer une fois 12km, puis une fois 14km. Environ 10 jours avant le semi, je me suis un peu réveillée : c’était bientôt là !! J’ai donc planifié mes entraînements avec un objectif à chaque fois, que j’ai respecté.

  • 19 octobre : 8km + fractionnés
  • 21 octobre : 12km
  • 23 octobre : 18km
  • 26 octobre : 8km

Entre le 26 et le 30 octobre j’aurais bien voulu refaire 8km, mais à cause de mes horaires au travail et une petite douleur aux mollets, j’ai décidé de ne pas trop me forcer par peur de me blesser avant le jour J.

Je pense qu’avec du recul, j’aurais dû m’entraîner un peu plus tôt et me fixer des objectifs dès le départ, chose que j’ai fait que pour les 10 derniers jours. Du coup je vous conseille de ne pas faire comme moi 😉

30 octobre 2016, jour de mon premier semi-marathon !

J’ai eu de la chance, je commençais assez tard à courir, à 14h10 à la Tour-de-Peilz (à 30 minutes de chez moi). J’avais donc pas mal de temps pour me préparer 🙂 Les dossards j’étais allée les chercher le jour précédent, donc j’avais plus de temps pour le reste ! Voici un peu les détails de comment je me suis préparée le jour J :

Premièrement, avant de m’habiller, j’ai passé mes jambes sous l’eau froide, car c’est bon pour la circulation sanguine. La météo étant bonne, pas très chaude ni trop froide, je ne voulais pas trop m’habiller, mais non plus courir en t-shirt.

Comment je me suis préparée :

J’ai commencé par mettre un leggins et une brassière, ainsi que mes chaussettes pour la course à pieds. Puis j’ai rajouté un petit pull par-dessus, que vous ne voyez pas sur la photo, qui vient de Undiz. Je regrette un peu de l’avoir mis, car ce jour-là il faisait quand même assez chaud, mais j’étais contente de l’avoir vers la fin de la course, car le temps s’est vite rafraîchit.

Ensuite j’ai mis mon pull turquoise offert pour les coureurs des diverses courses à pieds qu’il y avait ce weekend-là.

Autour du cou j’ai mis un bandeau de HAD et sur mes oreilles un autre bandeau que j’ai acheté ce weekend de CompresSport. Sur les jambes j’ai appliqué des compresses de CompresSport qui ont plusieurs avantages :

  • avant l’effort : des mollets frais et reposés
  • durant l’effort : une fatigue musculaire retardée et des douleurs réduites, ainsi que moins de courbatures
  • après l’effort : des jambes légères, sans courbatures.

J’ai remarqué qu’effectivement, mes jambes étaient plus légères avant de commencer, et que durant la course c’était également bénéfique, je n’ai pas eu de problèmes de jambes lourdes (chose qui m’arrivait régulièrement lors de mes entraînements).

_dsc6708

Et ensuite j’ai mis mes chaussures EverRun, ma montre Polar et mes écouteurs sans fils de Jabra Sport !

everun_dsc6709

Et pour courir, j’ai pris cette petite banane, pochette qu’on attache comme une ceinture, et j’y ai mis une petite pochette verte avec des sucres de raisin (que je prenais toutes les 20 minutes de course), une autre pochette bleue avec mes cartes car je prends le métro pour rentrer, des mouchoirs et mon téléphone portable que j’ai oublié de prendre en photo 🙂_dsc6719

Bon et sinon quand je cours je me maquille pas, mais là j’avais pas envie d’aller avec une tête qui faisait peur… du coup j’ai opté pour la carte du no-makeup makeup. C’est à dire un maquillage si discret qu’on voit à peine que je suis maquillée, mais qui donne tout de suite meilleure mine 😉

J’ai utilisé cet hydratant teinté Balm Shelter de The Balm, juste pour unifier un peu le tout.

J’ai poudré mon visage avec la poudre One Heck’of a Blot de Soap & Glory.

Et j’ai appliqué une couche du mascara Lash Queen Feline Blacks de Helena Rubinstein et le tour est joué ! 🙂

no makeup makeup run

Au petit-déjeuner j’ai mangé des tartines avec du beurre et de la confiture et j’ai bu du lait de riz. À 11h j’ai mangé deux oeufs au plat avec du pain toast (j’avais oublié d’acheter du pain normal ^^).

Sur place c’était vraiment sympa, il y avait de l’ambiance, beaaaaucoup de monde, des entraînements collectifs, de la zumba pour s’échauffer, de la musique… bref, c’était sympa ! 😀 Un remerciement spécial à mon amoureux qui m’a accompagné durant cette épreuve et qui a attendu avec moi jusqu’au départ ! 🙂

20161030_124925

img-20161031-wa0000 Prête à partir ! 😀
img-20161030-wa0002

Compte-rendu de cette course à pieds de 21km !

La météo était vraiment bonne,  il faisait chaud, il y avait du monde pour nous encourager, dont mon chéri, mon oncle et sa femme, il y avait du soleil, bref, c’était la journée parfaite pour courir !

Je faisais partie du dernier bloc. Il y avait 7 blocs en tout, qui partaient toutes les trois minutes. Ma plus grande peur sur le moment, c’était de me retrouver dernière, car dès que le coup de feu de départ était donné, tout le monde est parti très vite !

J’étais tellement excitée de partir que j’ai oublié d’activer ma montre ^^ Je l’ai donc allumée cinquante mètres après 🙂

J’ai failli moi aussi me lancer dans la foulée, mais j’ai été raisonnable et je suis restée à une allure moyenne de 6:01 pour ce premier km. De temps en temps je regardais derrière moi et je voyais qu’il y avait encore des centaines de personnes, j’étais rassurée !

Les 8 premiers km, je les ai presque pas vus passer. Je suis partie avec un point de côté assez léger, qui a disparu vers le 5e km, heureusement. Il n’y avait pas trop de montées ou descentes, c’était un peu des faux-plats par moments, mais en soi le parcours était plutôt droit, vu qu’on longeait le lac. La vue était magnifique, c’était comme ça durant 15km ! 😀

14915332_1144158359013649_7497391135449420662_n

J’ai eu un coup de boost au 8e et 9e km, j’ai accéléré un peu.

Au 10e km, mon chéri m’appelle pour m’encourager (avec les écouteurs sans fil, qui ont un micro intégré, c’est très pratique pour répondre au téléphone ;)) et ça me motive pour la suite ! Les ravitaillements sont bien fournis en eau, chocolat, fruits secs, sucres de raisin… je prends donc un chocolat et je repars ! J’en suis toujours à une allure moyenne de 6:36, qui est plutôt pas mal pour moi.

Au 12e km, c’est ma soeur qui m’appelle ! Elle avait participé aux 10km et avait fini depuis quelques heures. Pour ma part, il me restaient encore 9km, et j’étais plutôt en forme et bien déterminée à terminer !

Mais j’ai parlé trop vite. Dès le 15e km, je cours au ralenti. À une allure de 7:30, j’essaie de suivre la fille au débardeur couleur saumon qui était devant moi durant tout le long de la course. Je l’avais dépassée vers le 12km, mais là elle était de nouveau devant moi. Je me suis dite qu’il ne fallait pas que je la perde des yeux, du coup j’ai continué à courir, un peu plus vite (7:19 d’allure moyenne au 16e km, et 7:26 au 17e km), mais je perdais en vitesse.

Les 4 derniers km étaient vraiment très difficiles. On avait fini de courir sur la route cantonale, on arrivait gentiment à Lausanne à travers un petit village. C’était bientôt la fin ! J’essayais de me motiver toute seule, je me disais à voix haute « allez, allez ! » et je continuais à courir. Au 18e km, j’avais une allure de 7:42. C’était vraiment trop lent pour moi, mais je commençais à en avoir marre et j’avais qu’une envie, de m’arrêter.

Je ne sais pas si vous le savez, mais je suis éducatrice de l’enfance. Au 18km justement, je croise une maman de la crèche, avec sa petite de 3 ans qui sont là pour encourager les coureurs. Avec les cheveux attachés et le bandeau, elle me reconnaît pas de suite, mais dès que je suis à quelques mètres d’elle, je lui fais coucou avec la main, avec un essai de sourire. Elle est surprise de me voir, elle me fait un grand sourire, et elle appelle sa fille, elle me montre et je fais aussi coucou à la petite, qui me fait elle aussi un grand sourire et coucou avec la main ! 😀 C’était la petite motivation qui me fallait pour reprendre un rythme plus soutenu, ça tombait bien !! 😀

19km, j’ai accéléré par rapport au 18e km (7:26), mais je n’arrive plus à descendre en dessous de cette vitesse. J’ai mal aux jambes, aux pieds, aux chevilles, j’ai chaud, j’ai froid, j’ai l’impression que ma chaussette est mal mise, ça me dérange, mais je ne veux pas m’arrêter. J’ai besoin de m’étirer, mais j’ai toujours pas envie de m’arrêter, alors je m’étire en courant comme je peux.

Plus que 2km, je ne peux pas abandonner, pourtant ça me paraît encore tellement loin, interminable !

Au 20e km, je perds de nouveau en vitesse (7:45), parfois je tente des petites accélérations, mais en vain, j’arrive pas à courir plus vite. Je manque terriblement de souffle, c’est comme si au début mes poumons étaient comme un grand ballon gonflé d’air, et maintenant il est tout raplapla, vidé, petit. J’ai l’impression de ne pas avoir assez de souffle pour continuer, c’est assez frustrant car le mental y était encore, mais pas assez fort pour me rebooster physiquement.

Je continue à me répéter à voix haute « allez, allez ! Allez, allez ! » pour m’encourager toute seule, car les derniers km, il n’y a plus  trop de public. Heureusement c’est toujours plat comme parcours, mais qu’est-ce que j’en peux plus !

J’ai envie de pleurer, j’en ai marre, je veux m’arrêter, je veux m’asseoir, me coucher par terre ; mais je ne peux pas m’arrêter, sinon c’est fini, je peux être sûre que si je m’arrête, je ne recours plus. Une dame devant moi essaie de me dépasser depuis 5 minutes, elle court un peu plus vite que moi pendant quelques mètres, puis elle n’en peut plus, elle marche. Elle reprend à courir, me dépasse, puis remarche. Elle fait ainsi plusieurs fois, moi je reste toujours à ma petite vitesse, puis je la vois plus, elle reste derrière moi.

Le 21e km est très proche, un virage enfin, qui descend vers le lac, avec du public qui nous motive pour la suite ! Ils voient notre dossard, ils nous appellent par notre prénom « Allez Michèle, allez Jaqueline, allez Roberta ! ». Je reconnais enfin où je suis, je sais où l’arrivée se trouve, au bout de quelques mètres je la vois au loin d’ailleurs ! Elle est toute proche, mais me paraît vraiment très loin.

Ce dernier bout est interminable, pourtant je vois la ligne d’arrivée, mais je n’arrive pas à accélérer, contrairement aux autres courses officielles que je faisais, où je sprintais les derniers 50m. Tout ce que je veux c’est de passer cette fichue ligne d’arrivée, sans m’arrêter, et tant puis si je n’accélère pas ! Il y a un photographe, mais je suis tellement exténuée que je n’arrive pas à sourire, même pas pour la photo. (bon après ça va, j’ai croisé d’autres photographes où j’avais encore pas mal d’énergie pour sourire 😉 )

J’arrive en fin à la ligne d’arrivée, j’ai fini !! 2h28 de course à pieds, 21km sans presque pas marcher. Je suis crevée, je voudrais m’arrêter, mais je sais que quelques mètres plus loin il y a des jeunes qui distribuent les médailles. J’essaie de marcher une dizaine de mètres, ou plutôt, je me traîne par terre. J’ai l’impression d’être une personne âgée de 100 ans, ma grand-mère marche plus vite que moi à ce moment-là !

Je prends ma médaille, je m’assieds direct après sur le bord du trottoir. J’ai envie de pleurer tellement je suis fatiguée. 2h28 de course quand même ! Je me suis jamais arrêtée, j’ai juste marché lors des stands de ravitaillement et 1-2 fois durant une dizaine de mètres pour reposer un peu mes jambes.

Enfin arrêtée, j’essaie de m’étirer comme je peux, car c’est très important, surtout après une longue course comme celle-ci. Mais il est l’heure de repartir. La famille à mon chéri m’attend pour le souper (le dîner, pour les français 😉 ) car c’est l’anniversaire à sa grand-mère. Je marche 200m jusqu’au métro et mon chéri m’attend au terminus en voiture. Je suis tellement heureuse de le retrouver ! Il me donne son grand pull, car je suis frigorifiée. On marche direction l’appartement de ses parents. Je retrouve un peu de forces dans les jambes et je prends conscience de ce que je viens de réaliser.

J’ai fait un semi-marathon !! 😀

img_20161030_182044

C’était une super expérience, c’était très bien organisé et les ravitaillements étaient vraiment top !

Je pense que ce ne sera pas mon dernier semi-marathon d’ailleurs, mais ces prochains mois j’aimerais m’améliorer en vitesse en faisant régulièrement des fractionnés. Je vise le semi-marathon à Disneyland Paris en septembre prochain, s’il y a des motivées à courir avec moi, n’hésitez pas à me le dire, c’est toujours mieux de courir à plusieurs que toutes seules 🙂 Et ce sera l’occasion pour moi d’aller enfin à Disneyland, puisque je n’y suis jamais allée 🙂

Et vous, faites-vous de la couse à pieds ? Avez-vous déjà essayé un semi-marathon ? Envie de tenter l’expérience ? 🙂

_dsc6755

Par la suite j’ai couru aussi en 2017 et en 2018 ce même semi-marathon ! Retrouvez ici mes comptes rendus 🙂

Si vous avez apprécié cet article, mais que vous n'avez pas le temps de commenter, n'hésitez pas à cliquer sur le petit coeur, cela me fera plaisir ! 🙂

Myrtilla
  • |
  • 43 commentaires
  • |

43 réponses à “Mon premier semi-marathon !! (préparation, compte-rendu… je vous dis tout !)

  1. Roh tu es vraiment impressionnante! Et en plus j’apprend que tu as commencé la course il y a un peu plus d’un an (donc comme moi alors que je suis incapable de courir plus que 8-9 km haha), chapeau! Tu peux être fière de toi! Des bisous ma douce <3

    1. Bon en mai ça fera 2 ans, mais oui ça fait un peu plus d’un an ! 🙂 Franchement il y a quelques mois j’y aurais jamais cru, car faire 10km me paraissait encore beaucoup, mais finalement, à force de s’entraîner, on y arrive ! 8-9k c’est déjà super, continue comme ça et tu verras que toi aussi tu y arriveras ! 🙂
      Après je ne pourrais pas courir 20km tous les mois, rien que là physiquement c’est pas facile, j’ai encore un peu mal aux jambes ahaha et puis mentalement c’est très dur, si je n’avais pas été dans une course officielle j’aurais sûrement lâché un peu avant. Les courses officielles ça motive !! 😀
      Gros bisous ma belle et belle continuation !

  2. Félicitations Roberta, tu l’as fait !!!
    Très sympa cet article, on a vraiment eu l’impression d’être avec toi, j’aurais tant aimé te motiver sur ces derniers kilomètres qui ont du être interminables !
    J’aimerai bien tenter cette distance car comme tu le sais j’ai fais 10km en course officielle il n’y a pas très longtemps mais j’ai tellement peur de m’ennuyer sur 21km…lol
    Un jour peut-être ! 😉
    En tout cas bravo à toi de l’avoir fait !
    Des bisous

    1. Ouiiii je l’ai fait, c’est incroyable !!! J’ai encore de la peine à y croire ahaha
      Merci beaucoup, je suis contente qu’il t’ait plu ! Et j’aurais bien voulu que tu sois à côté de moi pour me motiver, j’en avais tellement besoin les derniers km !
      Après c’est sûr, 21km c’est pas mal de temps ! En te connaissant tu les feras en moins de 2h, du coup c’est déjà plus vite que moi 😉 et puis disons que c’est psychologique, perso j’essayais de ne pas trop regarder au loin car ça me paraissait interminable, mais je réfléchissais aux choses de la vie ou à essayer de garder un rythme ahah et puis la musique aide aussi à passer le temps 🙂
      En tous cas je te conseille de sauter le pas, c’est la plus belle course de ma vie et aussi l’une des plus belles expériences, ce sont que de super émotions même si la fin est vraiment dure ! 🙂
      Gros bisous !!

  3. Félicitations ! J’ai vraiment eu l’impression de vivre avec toi ce semi-marathon. J’imagine même pas comment ca doit être dure ! Je ne cours plus depuis des mois (trop de boulot et mon mémoire). J’ai pu voir mon copain ce week end et il m’a offert mon cadeau d’anniversaire en avance : une montre tom tom runner cardio ! C’est un super cadeau qu’il m’a fait et ça va être la motivation pour me remettre à courir ! Il est clair que je ne pourrai pas faire de semi-marathon en tout cas pas avant 2 ans si j’arrive à courir régulièrement. Après peut être que par un miracle j’arriverai à en faire un. Il y a plusieurs années je détestais courir donc c’est déjà un exploit que j’aime ça maintenant ^^
    Bisous

    1. Merci ma belle !! 😀
      Je crois que pour te donner un exemple, il faudrait courir au rythme que tu veux une certaine distance. Et c’est quand t’en peut plus, que tu as envie de tout abandonner et de t’arrêter, ben je te demande de courir encore 30 minutes. Voilà comme c’était dur ^^ (j’ai envie de pleurer rien qu’en y repensant :O)
      Ah super pour la montre, c’est vraiment un super cadeau !! J’ai la mienne depuis novembre dernier et depuis je ne cours plus sans, c’est tellement pratique et motivant ! 😀
      Franchement il y a deux ans je détestais aussi courir, et j’ai aussi commencé comme toi ! Et encore parfois au bout de 8km j’en ai marre et j’arrête tout. Pour moi pour réussir un semi, il faut avant tout de l’entraînement (pas énormément, mais au moins une fois par semaine), essayer quelques fois des longues distances, et surtout, de la motivation, qui est le point le plus important ! 🙂
      Rien est impossible quand on y croit 😉 Gros bisous !!

  4. Félicitations! Je t’admire, c’est quand même impressionnant ce que tu as réalisé. Je sais pas si j’en aurais le courage. J’ai beaucoup aimé l’article, c’est un de mes préférés 🙂
    Belle journée

    1. Merci Laetitia !! 😀 C’est pas vrai que c’est impressionnant, il y a quelques mois je pensais que je n’y serais jamais capable… et maintenant… c’est fait 🙂
      Je te remercie pour ton commentaire, ça m’a fait plaisir !! 🙂 Bonne soirée, bisous !

  5. Bravo pour ta course. J’ai aussi participé à mon premier semi marathon ce jour là et j’ai eu l’impression de me revoir. Tout parfait et puis à la fin vers le 17/18km, c’est devenu vraiment dur. Surtout le dernier virage et l’arrivée qui semble tellement loin encore. Mais on y est arrivées quand même 😀
    Je crois avoir chopé le virus et que ce ne sera pas mon dernier semi mais prochaine course, ça sera je pense, les 10km de Lausanne en avril ( les 20km ont trop de dénivelation pour moi).

    Peut etre â bientôt sur une course! 🙂

    1. Merci Stéphanie ! 🙂 Ah cool, bravo à toi aussi alors !! 😀
      Oui la fin était super dure, c’était difficile de ne pas s’arrêter ! On a bien fait de continuer 🙂
      Oui pareil, les 20km sont trop difficiles en avril, je ferai aussi les 10km 🙂
      Si tu me vois n’hésites pas à venir vers moi, ça me fera plaisir de te connaître ! 🙂 Bonne soirée, bisous !

  6. Bravo Roberta! Terminer un semi avec 6 semaines d’entraînement, je dis chapeau.
    Tu as maintenant un temps référence à battre.

    Tu as d’autres courses qui sont vraiment sympa en Suisse avec une ambiance incroyable : la mythique Morat-Fribourg (17km) et le GP de Bern (16km).
    Plus proche de nous, en décembre, tu as la course de l’Escalade (plus grande course de Suisse tout de même)…distance plus courte, bien casse-patte, mais exceptionnelle.

    Au plaisir de lire tes futurs compte-rendus,
    MrTranquille

    1. Merci beaucoup ! 🙂 Oui je le referai sûrement l’année prochaine, j’espère que mon temps de course sera meilleur 🙂
      Mais le Morat-Fribourg n’est pas tout plat non ? J’aime pas trop les dénivelés ^^ Même question pour le GP de Berne ?
      Merci pour ton commentaire ! Bonne soirée 🙂

      1. Effectivement, ces courses sont loin d’être plates, mais tu verras, qu’avec le temps, les courses avec peu de déniveler vont vite te lasser ( si, si 🙂 ).

        Bon week-end,
        MrTranquille

  7. Bon là clairement, je ne vais pas relire l’article car je l’ai lu dès sa sortie et je m’en rappelle très bien 🙂
    Vu que j’ai commencé la course à pied seulement en septembre, je débute, et ça m’avait beaucoup touché de te lire. C’est vraiment très motivant pour les gens dans ma situation de lire un récit pareil, c’est très émouvant aussi ^^
    J’espère pouvoir être capable du même exploit dans pas trop longtemps, même si je peine encore à atteindre mes 10km ^^
    Bisous <3

    1. Je suis sûre que tu y arriveras, ce n’est pas un challenge impossible tu verras ! Après je te conseille surtout d’atteindre plusieurs fois les 10km et essayer des plus longues distances avant de te lancer sur un semi, car la différence est énorme, surtout mentalement !
      Je suis contente que l’article t’ait plu, et je te souhaite plein de courage pour la suite !! 😀 bisous !

  8. Coucou!!! Wouah qu’elle article, franchement c’est mon préféré!!!! Je me suis mise a penser à mon beau frère qui a fait des courses de 10km et est passé direct au marathon!!! Hélas au 30km il a du abandonné car il s’est fait un claquage!!! Après moralement il a eu de la peine à s’en remettre!!!!! Par contre après il a fait un traikking de 10 km au Cervin!!!! Puis il l’a finit et avait une énorme fierté!!!! Si j’arrive à guérir une douleur que j’ai en ce moment, je me remets au walking!!! Puis je refais le parcours au 20km de lausanne le mois prochain!!! Ces 10 km de walking je le connais déjà et je les ai adorer!!!! Mon temps à battre est de 1h36!!!! À bientôt sur ton blog bisous

    1. Coucou ! Eh ben, merci beaucoup ça me fait plaisir, car en plus j’adore écrire les articles à propos de la course à pieds 😀
      Ah ben… j’espère qu’il s’est quand même préparé un minimum, car 40km c’est bien différent de 10km.. 🙂 en tous cas c’est cool s’il a réussi à courir déjà 30km 🙂
      Chouette, j’espère que t’arriveras à atteindre ton objectif 😉 Perso je cours les 10km, peut-être qu’on se croisera 🙂
      bisous !

  9. Salut Roberta
    Je cherchais ces jours sur le net, des conseils, des vécus concernant la course
    Lire ton blog aujourd’hui tombe à pic !
    Je vais faire mon premier semi ce dimanche à Genève.
    Tes ressentis sont quasiment les mêmes que les miens avec beaucoup d’entrainement en moins !
    aïe aïe, dans quoi je m’embarque ?
    J’ai hâte d’arriver à cette fichu ligne d’arrivée et me dire « j’y suis arrivé !!  »
    .. on verra.
    Merci encore et continue.

    1. Hello Antoine ! Ah chouette, je te souhaite une bonne chance !! 🙂
      Oui pour le coup je me suis vraiment pas trop entraînée, mais cette année je le refais (en octobre 2017 donc) et je compte me préparer sur plusieurs mois (3 mois je pense). Tu as suivi quels entraînements ? 🙂
      ça ira tu verras, surtout si tu t’es préparé ! J’ai réussi sans trop me préparer alors si tu t’es entraîné pour, ça va aller 😉
      Bonne continuation !

  10. Salut Roberta
    l’entrainement que j’ai suivi ? tu vas te marer.
    Il y a 3 semaines j’ai couru 1x 11 km, y a 2 sem 16 km et c’est tout !
    Mais je voulais le faire, me lancer ce défi ( comme si la vie nous en lance pas assez ! )
    et je l’ai fait !! YEESS, du début à la fin
    Sacré pari personnel.
    Petite anédocte. Je l’ai fait en 02h20min mais après dans l’après-midi à la maison j’ai mis 04h25min à me lever de mon canapé.
    AIEEEE les CUISSES … ça passera.
    Le prochain est déjà à l’horizon.
    A+

    1. Hello Antoine ! Ah ben ça me rassure, on dirait mon entraînement ^^ (et un peu mon score aussi 😉 ). Moi le soir j’avais un souper de famille, du coup j’ai pas trop bougé il faut dire. Mais c’était dur ahaha
      J’espère que le prochain se passera mieux et que tu te sera préparé un peu plus ! Moi je compte bien m’améliorer en tous cas pour celui d’octobre 🙂
      Bonne soirée !

  11. Hello Roberta,

    Je découvre ton blog et il me plaît beaucoup. Je suis d’abord passée par le Canada 😉 pour arriver sur ta rubrique « course à pied » … Ha ha ha, j’adore. Je crois qu’on se reconnaît tous dans cet article ! J’ai fait un peu les mêmes courses que toi et c’est sympa de les lire, racontée par une autre. Ce qui m’épate c’est que tu t’es lancée dans un semi toute seule. Moi, je cours avec des copines et on discute, on râle, on se motive. J’ai couru la Kerzerslauf (très chouette) toute seule et j’ai trouvé ça très…. ennuyant. Alors je dis BRAVO !!! Quelle volonté !
    A bientôt sur ton blog, sur une course ou ailleurs !

    1. Coucou Audrey ! Merci beaucoup, ton message me fait très plaisir ! 😀
      Eh oui, malheureusement. Chaque année j’insiste auprès de mes soeurs de courir avec moi, mais elles ne veulent pas. Mon chéri déteste la course à pieds et personne dans ma famille n’a couru plus que 10km (et ne veut pas en courir plus). Du coup comme j’adore vraiment courir, ben j’y vais seule.
      C’est clair que j’aimerais trop courir avec quelqu’un, le temps passerait beaucoup plus vite. Ma foi on fait comme on peut ! J’ai appris à me forger le mental du coup 😛
      Je ne connais pas du tout la Kerzerslauf, mais c’est vrai que courir seule ça peut être un peu ennuyant.
      Merci beaucoup ! Je refais ce semi cet octobre d’ailleurs, tu y seras aussi ? 😉
      À bientôt ! 😀

  12. Bonsoir Roberta,

    un très beau texte qui m’a rappelé mon premier semi en 2016 en pas loin de 2h40. Fière de l’avoir terminé en ayant peu ou pas marché malgré un temps objectivement « minable ». Ensuite… Je n’en ai jamais refait, que des 10 depuis deux ans, je crois que je n’avais plus envie de m’infliger une telle « torture ». Alors ma question, en as-tu recouru un depuis, et comment cela s’est passé.
    J’aimerai en fait en faire en 2019, plutôt en deuxième partie d’année pour me faire doucement à l’idée.

    à bientôt !

      1. Coucou Emmanuelle ! Oui j’ai du coup continué à courir 😀 Et d’ailleurs le fait de les préparer, de courir 3x par semaine et en variant mes entraînements avec des fractionnés et des sorties longues, ça m’a bien permis de progresser ! D’ailleurs ce weekend j’ai couru 28km pour la première fois et ça c’est bien passé 😀
        Merci beaucoup en tous cas ! Si t’as d’autres questions n’hésites pas, je te répond avec plaisir ! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.