Compte rendu du semi-marathon de Lausanne !

Aaah quel dimanche incroyable ! Cela fait des mois et des mois que je l’attendais. Depuis avril/mai, plus précisément. Depuis le semi-marathon de l’année passée, que j’avais terminé plus ou moins à une allure de tortue, je m’étais promise lors de mes bonnes résolutions pour l’année 2017, d’améliorer mon chrono pour ce semi-marathon de Lausanne.

Du coup vers mi-mai j’ai commencé à me préparer un programme pour m’améliorer déjà sur les 10km. J’ai donc augmenté à 3 mon nombre d’entraînements par semaine, et ça m’a beaucoup aidé. Je me suis dite qu’une fois ce programme terminé, j’allais commencer ma préparation pour le semi. Bon, je n’ai pas eu le temps de le finir, je me suis arrêtée à la 9e semaine. Mais après les 2 semaines passées au Canada en août, j’ai repris sérieusement un programme de 10 semaines pour le semi-marathon de dimanche passé, donc octobre.

J’ai continué à faire mes 3 séances par semaines et le dernier mois j’ai rajouté 45 minutes de piscine une fois par semaine. Et enfin le jour J est arrivé ! 😀

La semaine avant le semi-marathon

Le dimanche précédent j’avais été courir 11km, ma dernière sortie longue. Puis lundi je suis allée nager 45 minutes. Je ne sais pas ce qui s’est passé, mais en sortant de la piscine, j’ai commencé à ressentir une douleur sous le pied gauche. Elle m’embêtait pas mal, et comme j’avais eu un problème similaire en janvier qui m’a empêché de courir pendant un mois, j’avais vraiment très peur que ça empire et que ça m’empêche de courir mes 21km.

5 jours avant la course et la douleur ne partait toujours pas, j’ai donc fait appel à des amies spécialistes en huiles essentielles, et elles m’ont conseillé d’appliquer de l’huile essentielle de gaulthérie. J’en avais pas, mais j’avais une crème que mon amie Alexia m’avait confectionnée exprès pour la course à pieds (la recette est ici), qui contenait cet ingrédient et aussi de l’arnica. J’ai également demandé à une amie qui a des pouvoirs guérisseurs de m’aider, et je pense que toutes ces aides ont fait que mon pied a guéri juste à temps. En effet le jour d’avant la course je n’avais enfin plus du tout de douleurs et j’ai décidé d’aller courir 3km tranquillement, histoire de voir si des douleurs ne reprenaient pas et aussi pour rappeler à mon corps que le lendemain il y a une course de 21km à faire !

Heureusement pour moi, pas de problèmes en vue ! 🙂

Le jour du semi-marathon !

Je me suis réveillée assez tard, vers 8h30, et j’ai direct enfilé mes habits de course, malgré le fait que le départ était pour 14h. La veille j’avais mangé une assiette de pâtes, et après un petit-déj pas trop chargé (un kaki et des flocons d’avoine), je me suis préparée à nouveau une assiette de pâtes que j’ai mangé à 11h.

12h40, mon train partait direction La Tour-de-Peilz, je ne tenais plus, j’étais super excitée à l’idée de courir à nouveau ce semi, et surtout de voir si tous mes entraînements avaient fonctionné. Rappelez-vous, je visais un chrono de 2h20, comme expliqué dans mon dernier article.

Arrivée sur place, je patiente 30 minutes avant de m’installer dans mon bloc de départ. Il faisait super froid, j’avais pris heureusement ma veste coupe-vent, un couvre-cou et un cache-oreilles, et franchement je n’ai pas regretté mon choix. Il faisait 10° et on avait du vent en face tout au long de la course. Génial… !

C’est parti !

Bref, 14h09 et départ ! Le coup de feu est donné, les coureurs partent rapidement, moi j’essaie de garder un rythme tranquille de 6:38 pour ce premier km, qui me permettra surtout de bien m’échauffer pour le reste de la course.

0-5km

Il y a toujours beaucoup de monde autour de moi, on arrive à Vevey, le public est toujours là et nous encourage, ça fait tellement plaisir ! Par contre quelles rafales de vent horribles ! Moi qui voulait enlever ma veste coupe-vent, finalement j’étais contente de l’avoir, et je la remonte bien jusqu’en haut. Par moments il est même difficile d’avancer correctement ! Et sinon, contrairement à l’année passée où je suis partie avec un léger point de côté durant les premiers km, cette année rien à signaler ! Je garde un rythme assez stable autour de 6:07min/km, et on s’engage sur la grande route cantonale qui nous offre une vue superbe sur le lac.

5-10km

Ces km passent assez vite, je me vois même accélérer la cadence à une moyenne de 6:00min/km. On passe devant le premier ravitaillement, où il y a que à boire, mais je m’arrête pas, j’ai une petite gourde avec une boisson isotonique, que je consomme à petites doses régulièrement. On passe devant un deuxième ravitaillement, cette fois je prends un petit bout d’orange, des abricots secs, un sucre de raisin et un petit carré de chocolat. J’essaie de manger comme je peux, mais j’ai vite les mains qui collent à cause de l’orange et du chocolat. Super…

10-15km

Je commence à fatiguer légèrement, surtout mentalement. Arrive le bout qui m’a paru le plus long, car on peut voir ceux qui sont déjà bien au loin devant nous et la route est vraiment très large et où on est tous éparpillés. Il n’y a quasiment pas de public et pas de musique. J’essaie de ne pas regarder devant moi, mais de me concentrer sur mes pas. J’ai décidé de courir sans musique, alors je me motive comme je peux. Je sens que je ralentis un peu, il y a un autre stand de ravitaillement, j’en profite pour prendre un gobelet d’eau que je me verse sur les mains pour qu’elles ne me collent plus, ça va mieux déjà. Le rythme a baissé à une moyenne de 6:30, mais il me semble que le vent a un peu diminué heureusement. Allez, il reste 6km !

16-18km

Je continue à ralentir, je cours à une moyenne de 6:35, ça devient assez difficile car mine de rien le panorama est toujours un peu le même… heureusement que de temps en temps il y a du public et de la musique pour nous motiver ! Je profite de lever les bras et de faire mine de danser quand je vois des groupes de musique, ça me permet de me dégourdir et de remercier à ma manière ces gens qui nous motivent !

C’est long de courir seule pendant des heures. Alors je me motive toute seule dans ma tête, je me dis « c’est qui qui voulait le faire ce semi ?? C’est moi ! Alors vas-y !!« , j’essaie de me souvenir comme j’étais toute excitée à l’idée de le refaire, à l’idée de courir tous ces km et de voir si je m’étais améliorée ou pas par rapport à l’année passée.

19-21km

Et là, déclic. L’année passée j’avais franchi le cap des 2h de course à 17.60km. J’ai réfléchi un moment. J’en étais à 19km déjà ! Je m’étais améliorée de presque 2km. C’était incroyable ! Ça m’a énormément boostée du coup, car je me suis rendue compte que j’allais réussir mon challenge et le terminer en 2h20 comme prévu ! Il suffisait que je garde ce rythme là, et du coup je me suis mise à accélérer. Il me restait plus que 3km, seulement 3km !!

J’avais dit à ma famille et à mon chéri (qui devaient m’attendre peu avant l’arrivée), que je serai arrivée vers 16h30, mais sûrement pas avant. Du coup c’était environ 16h15, il me restait 1km et je me suis rendue compte que je serai là avant 16h30, et je me suis dite « mince ! Si ça se trouve ils ne seront même pas là ! » Alors j’ai sorti mon portable et je leur ai fait un message vocal « j’arrive dans 1km ! » avec le peu de souffle qui me restait.

Et j’étais tellement fière de moi, tellement contente que la course soit presque terminée et tellement stupéfaite de voir que je n’étais pas autant fatiguée physiquement que l’année passée, que j’ai retrouvé une énergie incroyable et je me suis mise à courir plus vite, à dépasser coureur après coureur. Tous ces entraînements à courir au froid durant la fin de l’hiver, et au chaud durant l’été, tous ces matins où je me suis levée à 6h juste pour courir avec le frais, toutes ces longues montées que j’avais courues tant bien que mal et tous ces entraînements de vitesse qui étaient difficiles… tous ces entraînements pour voir qu’au final ils m’ont vraiment aidée et j’ai pu accélérer durant 3km.

6:21 au 19km, 6:13 au 20km et 6:12 au 21km !

Une centaine de mètres avant l’arrivée et je ne voyais toujours pas ma famille et mon chéri, j’étais presque un peu déçue, mais bon, je continuais à espérer qu’ils soient là comme ils avaient dit. Et là, les 10 derniers mètres, on arrive sur le tapis rouge de l’arrivée et je vois mes parents et ma soeur qui m’encouragent plus que tout ! Je suis tellement soulagée de les voir ! Je leur fait un énorme sourire et je lève les bras au ciel en signe de victoire et j’accélère à 5:48 jusqu’à l’arrivée ! J’ai envie de pleurer tellement je suis émue. Ça y est, c’est fini, je l’ai fait !! 😀

Et penser que l’année passée je terminais presqu’en marchant, je n’arrivais plus à accélérer depuis le 15km et surtout pas à la fin, où j’ai même ralenti jusqu’à 7:46. J’étais hyper épuisée mentalement et physiquement, je n’arrivais presque plus à respirer ! Et cette année, non ! Mes jambes répondaient, mon souffle fonctionnait encore bien, et surtout le mental était plus que top !! 😀

J’ai reçu ma belle médaille tant méritée et j’ai rejoint ma famille. Mon chéri est arrivé quelques minutes plus tard également, ça m’a fait beaucoup de bien de voir tout le monde après cette course mémorable ! 🙂 (d’habitude à mes courses il y a mon chéri et… moi ^^)

Petit retour sur ce semi

Bref, j’espérais finir ce deuxième semi-marathon en 2h20, mais je n’étais même pas sûre d’y arriver. Et finalement je l’ai terminé en 2h14 ! C’est à dire presque 15 minutes de moins que l’année passée ! C’était vraiment inespéré ! En y réfléchissant bien, je pense que c’est grâce à tous mes entraînements que j’ai réussi à courir plus vite sur les derniers km, puisque je me suis énormément entraînée à courir dans les montées (et je ne vous dis pas les montées qu’il y a derrière chez moi ! :O), vu qu’il y a que ça où j’habite ahaha (ou presque, hein).

Donc oui, ce n’est pas toujours facile de courir en côtes, faire des séances de fractionnés et une sortie longue de 10km ou plus chaque semaine pendant 2 mois, mais ça m’a beaucoup beaucoup aidé ! Je courais chaque semaine entre 22 et 25km et c’est vraiment l’idéal pour préparer un semi-marathon.

En tous cas malgré le parcours un peu monotone ça reste un semi-marathon « assez facile » vu qu’il est presque à plat tout du long, ce qui facilite les choses. En tous cas pour moi qui n’aime pas trop les montées, courir à plat c’est plus agréable 😉

Puis je me surprends à dire que cette année, ça été finalement. L’année passée j’ai craché mes poumons et j’ai cru que j’allais jamais la terminer cette course tellement les derniers km étaient éprouvants mentalement et physiquement, et autant cette année je me dis qu’avec un bon entraînement, finalement c’est vraiment faisable ! 🙂


Bon et pour illustrer un peu mon état quand je me rends vraiment compte que j’ai terminé 15 minutes avant que mon temps de l’année passée, voici une photo prise à mon insu ahaha j’en reviens toujours pas ! 😀

Et vous, avez-vous déjà couru un semi-marathon ?

Si vous avez apprécié cet article, mais que vous n'avez pas le temps de commenter, n'hésitez pas à cliquer sur le petit coeur, cela me fera plaisir ! 🙂

Myrtilla
  • |
  • 14 commentaires
  • |

14 réponses à “Compte rendu du semi-marathon de Lausanne !

  1. Hello Myrtilla !
    Un immense bravo pour ta course et pour ton record ! Comme quoi les entraînements ont prouvé leur efficacité et tu le mérites amplement ! À quand la marathon ? 🙂
    En ce qui me concerne j’espère pouvoir faire une première course officielle cet hiver, et un semi au printemps prochain. Mon « record » n’est que de 8km donc c’est un peu ambitieux… j’attends juste que mes genoux se remettent de leurs émotions dû à mes 80 km du mois d’août (quand on part de zéro forcément…). Cela fait presque 2 mois que je ne cours plus et cela me manque terriblement !
    Encore bravo !
    Bise,
    Claire

    1. Coucou Claire ! Merci beaucoup ! 😀 Aaah le marathon… pas avant que je sois vraiment à l’aise sur un semi, mais avant j’aimerais passer le cap des 30km 😉
      Wow c’est ambitieux ! Attention à tes genoux en tous cas ! 🙂 Personnellement je te conseille d’attendre au moins un an de course avant de te lancer dans un semi, mais après tu fais comme tu le sens ! 😉
      Courage en tous cas, j’espère que tu pourras vite reprendre à courir !
      Merciii ! Bisous !

  2. Superbe !!!
    quand je suis partie en balade dimanche matin avec mon chien, c’est à toi que j’ai pensé: c’était une météo pourrie 🙁
    Je n’aime pas du tout courir sur l’asphalte, les articulations sont trop sollicitées, du coup, je suis d’autant plus admirative !!!
    Je pense aussi qu’il faut attaquer un marathon, le corps est prêt plus qu’à faire comprendre au mental, que oui c’est réalisable….Je suis fière pour toi et j’ai eu ma larme à l’œil en te lisant BRAVO !!!

    1. Oh merci beaucoup ! 🙂
      Ah ben mine de rien courir 2h ou courir 4h c’est vraiment pas pareil… surtout si je suis seule. Je ne sais pas si mon mental est prêt, et encore moins mon corps. Peut-être dans un an ou deux, mais merci pour les encouragements 🙂
      Merci ! Bonne journée ! 🙂

    1. Coucou ! Merci beaucoup ! 😀
      As-tu essayé la marche rapide ? C’est une bonne alternative à la course à pieds aussi ! 🙂 Et pour la respiration, ça se passe avec le ventre, mais franchement je crois que je fais un peu au bol ahaha
      Merci beaucoup ma belle, bisous !

  3. Salut Roberta! félicitations pour ce bel exploît!
    J’ai beaucoup aimé lire ton compte rendu, on voit bien que tes efforts et entrainements donnent leur fruits, bravo!!

  4. Tu m’impressionnes tellement ! J’ai adoré lire ton compte rendu et tu me donnes trop envie d’y arriver aussi mais en ce moment je perds la motivation etje ne cours presque jamais plus de 10km depuis août… il faut que je me bouge! Encore bravo ma beauté! Gros bisous!!

    1. Pas facile les sorties longues. Tu peux en faire une par semaine à 2 mois du semi, mais avant il n’y a pas besoin. Les fractionnés sont plus importants en attendant ! 🙂
      Merci beaucoup ma belle !

  5. J’ai suivi ta course sur Instagram. Tu m’as tuée quand tu montres la vidéo de ta maman qui filme un autre que toi arriver, j’en pouvais plus, hahaha 🙂
    Bravo pour cette course et félicitations pour les 15 min. de gagnées !

  6. Encore Félicitations Roberta pour cette course, moins de 2h15 pour un semi c’est vraiment top, tes efforts ont payé !
    Perso je fais beaucoup de sport mais très peu de course à pied. Pourtant je cours des 10km en 45-50 minutes à peu près et un semi est un futur objectif, il faudrait juste que je m’entraîne !!^^
    Bisous et encore bravo !

    1. Merci Mélanie ! Je suis vraiment super contente oui, je m’attendais pas à faire moins de 2h20 ! 🙂
      Ah mais toi je suis sûre que tu le feras les doigts dans le nez le semi, avec un chrono pareil t’as déjà une bonne avance ! 😉 Après on court pas un semi comme un 10km, c’est sûr, mais je trouve que si t’arrives déjà à faire un bon tempo sur 10km, ça devrait aller pour le semi 😉
      Merci beaucoup en tous cas, bisous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.